top of page

đŸ—žïž Challenges, septembre 2011 → Comment choisir son conseil en patrimoine


Assurance-vie, retraite, immobilier, produits de dĂ©fiscalisation, aide juridique et fiscale : les CGPI ont pour objectif de proposer les meilleures solutions patrimoniales


Leur arme : l’indĂ©pendance. A la diffĂ©rence des banques ou des assureurs, tentĂ©s de vendre en prioritĂ© les produits maison, ces indĂ©pendants (94,8% des cabinets sont dĂ©tenus par des personnes physiques et 67,1% ont un actionnariat familial) peuvent choisir les produits qu’ils proposent en toute liberté 


Pour faire le bon choix, mieux vaut prendre des précautions en amont



La profession est assez bien encadrĂ©e, mais il faut s’assurer que son futur conseiller est de toute confiance. Il doit ĂȘtre estampillĂ© « Conseiller en instruments financiers » (CIF), avoir un casier judiciaire vierge et adhĂ©rer Ă  une association professionnelle bĂ©nĂ©ficiant de l’agrĂ©ment de l’AutoritĂ© des marchĂ©s financiers, comme la Chambre des indĂ©pendants du patrimoine (CIP), l’Anacofi, la CNCIF ou la Compagnie des CGPI.A chacune des activitĂ©s de conseil correspond un label professionnel obligatoire : pour les opĂ©rations sur comptes, le statut d’intermĂ©diaire en opĂ©ration bancaire (IOB), pour l’assurance, celui de courtier et, pour l’immobilier, celui d’agent



Enfin, il faut prendre en compte l’expĂ©rience du CGPI, sa reconnaissance par ses pairs, son indĂ©pendant capitalistique (51% du capital doit ĂȘtre dĂ©tenu par des personnes physiques). Autant de critĂšres que nous avons intĂ©grĂ©s pour Ă©tablir notre sĂ©lection (lire tableau), qui comprend de trĂšs grandes structures comme des petites bĂ©nĂ©ficiant d’une rĂ©putation Ă©tablie.



Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page