top of page

đŸ—žïž Le Mensuel du Morbihan, fĂ©vrier 2016 → Immobilier d'habitation et loi Pinel


L’immobilier d’habitation n’a pas assez baissĂ©


Selon Yves Gambart de LigniÚres, la pierre n'a toujours pas retrouvé son statut de valeur refuge. Pour ce conseiller en gestion de patrimoine au sein de De LigniÚres Patrimoine, d'autres placements s'avéreraient plus rémunérateurs.


Le Mensuel : Le retour des ventes dans l’ancien signifie-t-il que la pierre est à nouveau une valeur refuge ?

Yves Gambart de LigniĂšres : Pas vraiment. Certes les transactions sont reparties Ă  la hausse mais pas les prix. Je pense que les taux d’intĂ©rĂȘt trĂšs bas constituent la motivation principale, d’autant que nous sommes davantage sur des achats de rĂ©sidence principale. Nous sommes donc dans une approche diffĂ©rente de celle des investisseurs, plus affective et tournĂ©e vers la bonne opportunitĂ© au bon moment. Du cĂŽtĂ© des investisseurs locatifs, les prix des loyers et les rendements locatifs sont bas. La loi Alur impose aussi des contraintes importantes. Ce n’est pas franchement le moment de faire de l’investissement dans le collectif. Je ne dirais donc pas que la pierre soit actuellement une valeur refuge.


Certains observateurs annoncent la fin de la baisse des prix dans l’immobilier. Que vous inspire cette perspective ?

De mon point de vue, l’immobilier d’habitation n’a pas assez corrigĂ© (baissĂ©, NDLR). Il se maintient Ă  des niveaux trop Ă©levĂ©s, notamment soutenus par les taux d’emprunt historiquement bas. C’est-Ă -dire de « l’argent pas cher » qui doit s’investir quelque part. Certains observateurs comme Jacques Friggit (Ă©conomiste spĂ©cialiste du secteur immobilier français, NDLR) « parie » sur une correction d’au moins 35%. Sa derniĂšre Ă©tude montre bien que l’on Ă©volue Ă  des niveaux bien trop Ă©levĂ©s par rapport Ă  l’historique de 1965 Ă  2000. MĂȘme au niveau de l’Europe, nous sommes l’un des rares pays Ă  ne pas avoir assez corrigĂ©. The Economist estime d’ailleurs que la France est surĂ©valuĂ©e entre 25 et 29%.


Quels sont vos conseils pour les irrĂ©ductibles investisseurs en immobilier d’habitation ?

Il faut d’abord dire que d’autres placements sont plus rĂ©munĂ©rateurs et comportent moins de risques : c’est le cas des fonds en euros d’assurance-vie ou des sociĂ©tĂ©s civiles de placement immobilier bureaux/commerces qui prĂ©sentent des rendements locatifs plus importants. Mais si un investisseur veut s’exposer Ă  de l’immobilier d’habitation, mieux vaut, me semble t-il, acquĂ©rir de l’ancien qui est Ă  1 900 €/mÂČ (contre 3 000 € pour le neuf), le rĂ©nover avec les avantages fiscaux liĂ©s puis le louer.


Et le dispositif Pinel ?

Le niveau encore Ă©levĂ© des prix de l’immobilier rĂ©sidentiel, le surcoĂ»t du neuf par rapport Ă  l’ancien, les contraintes de plus en plus importantes portĂ©es par le bailleur, les conditions de loyer et de ressources du locataire (...) rendent ce dispositif peu attractif. Sauf dans certains cas particuliers : emplacements et prix exceptionnels ou location souhaitĂ©e Ă  un ascendant ou un descendant.



Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page