top of page

đŸ—žïž Le Nouvel Economiste, mai 2020 → Girardin industriel




Un dispositif attractif, mais pĂ©rilleux et surveillĂ©. Pour rĂ©duire sensiblement le montant de leur impĂŽt sur le revenu, les contribuables sont souvent tentĂ©s d’investir dans des projets de dĂ©fiscalisation dans le cadre de la loi Girardin industriel qui a pour but de soutenir l’activitĂ© des PME d’Outre-mer. Attention toutefois de ne pas cĂ©der les yeux fermĂ©s aux sirĂšnes de ce puissant dispositif de dĂ©fiscalisation, car toute requalification de l’opĂ©ration par le TrĂ©sor public serait lourde de consĂ©quences...



 Quoi qu’il en soit, comme l’indique Yves Gambart de LigniĂšres, conseil en gestion de patrimoine, “un investissement en Girardin industriel n’est pas sans risques”, la plus grande prudence est donc requise avant d’investir dans ce type d’opĂ©ration
 D’ailleurs, pour limiter les abus, le lĂ©gislateur a renforcĂ© ces derniĂšres annĂ©es les obligations des monteurs d’opĂ©rations Girardin. Ainsi, avec le dĂ©cret 2015-149 du 10 fĂ©vrier 2015, ces derniers doivent notamment disposer d’un numĂ©ro d’agrĂ©ment obtenu auprĂšs de la prĂ©fecture.


Autre point Ă  vĂ©rifier, s’assurer des obligations fiscales et sociales de l’opĂ©rateur, tout en vĂ©rifiant qu’il dispose bien d’une assurance professionnelle spĂ©cifique. Au-delĂ  de toutes ces vĂ©rifications concernant le monteur, “le type de sociĂ©tĂ© Ă  souscrire, la catĂ©gorie d’investissement Ă  soutenir, le mode de financement privilĂ©giĂ© et l’implication de l’exploitant pour la bonne fin des opĂ©rations, sont autant de critĂšres Ă  prendre en compte pour sĂ©lectionner un projet”




Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page